top of page

"And you call me Nazi?"


"And you call me a Nazi?"- thoughts of a Zionist Physicist


In light of the dreadful words of Shikma Bressler and my engagement with this issue, I encounter agonized reactions from wounded and shocked Zionist Israelis in which the recurring statement is "And you call me a Nazi?"


For those not familiar with current so-called "constitutional crisis" in Israel, Shikma Bressler, a physics professor and anti-government political activist, which was even described by anti-Zionist progressives as "the current Jean d'Arc" took an harsh anti-governmental stance in which she warned Israeli protesters from "Nazi-Jews" which supposedly are part of the right wing government , in her abhorred anti-Zionist (even antisemitic) stance(!)


I am Dr. Katia Gomberoff, a physicist. I completed my Master's, Ph.D., and post-doctoral studies at the Weizmann Institute. I spent two years at the Weizmann Institute, which felt like home to me. Subsequently, I worked as a physicist in several institutions. I have published numerous scientific articles and reports. Among other contributions, my simulations significantly contributed to the approval and reception of a major experiment at CERN regarding antimatter. Nevertheless, these achievements remain separate from my political beliefs. Being a physicist is not related to truth value of my political attitudes, just as Shikma Bressler's being a physicist does not impact the truth value of her political attitudes.


In contrast, I consider myself a liberal humanist who truly believes in human equality. Consequently, I view every individual first and foremost as a human being, irrespective of his origin, gender, or skin color. My judgment of an individual is based on his values and ideologies, primarily his actions. There are humanist ideologies and others that are murderous and dreadful. Among the latter is colonialist and Jihadist Islamism, which advocates the murder of non-believers, the rape and oppression of their daughters, and the murder, conquest, and incineration of millions. Then there are the communist colonialists who, under the guise of "workers' rights," murdered hundreds of millions of people. Of course, there is also Nazism, the epitome of human monstrosity, blending science and sadism against a backdrop of racism. I believe in the imperative to combat such ideologies, all for the sake of humanity.


Let me share a bit about my own Zionism and its relationship to the shaping of my beliefs. No, I am not a second-generation Holocaust survivor. My Zionist parents were born in Chile. Fleeing the pogroms in Russia, their parents had the foresight to leave Europe in time. Yet, at times, I feel like a second-generation Holocaust survivor myself. My parents were Zionists, intellectuals, brilliant people, and highly sensitive individuals. My father, Luis Gomberoff, was a physics professor at Tel Aviv University. From them, I inherited my Zionism, which is primarily a reaction to global anti-Semitism and a sensitivity to the Holocaust. One could say that the Holocaust molded my identity.


When I was a young child, at a time when most kids my age were happy-go-lucky, other kids carried the pain of being descendants of Holocaust survivors. Some of them managed to establish normal and happy families through sheer determination, but for others, their upbringing was challenging. I was somewhere in between. At the age of eight, I saw my mother reading a book about the Holocaust, complete with pictures, and it utterly intrigued me. The book was "In the Name of All the Children" by Martin Gray, which recounted the fate of his entire family, once in the Holocaust and once in a fire. I read the book, and I couldn't contain the evil and sorrow within it. From that point on, I was drawn like a moth to a flame to the subject, and I began reading about the Holocaust. As a child, i read Holocaust books intermingled with high adventure fantasies, in order to alleviate the dread and sorrow. For years I devoured Holocaust books, from "The Diary of Anne Frank" to "Night" by Elie Wiesel, and many more. I empathized with every text and every person. The endeavor to understand the evil ,and the eagerness in my childish mind to change that reality, were powerful. Around the age of eight, in third grade, I wrote a story about the Holocaust, which I have included a photograph of here. I may not possess great writing talent, which might have been influenced by the stories I read, but I ensured that in the end of the story, the people were not left to die. I gave them a happy ending. In reality, that didn't happen. Subsequently, I wrote many essays about the Holocaust. As an additional note, it appears that, due to the Holocaust, I turned into a non-believer. I am not against any believer. It's just a personal feeling of mine. When I was twelve, during my father's sabbatical year, I lived in France. There was a neo-Nazi demonstration, and I started taking pictures of them. I told them I would publish the photos in the press. They fled. I have those photos from the event to this day. Many more stories exist. For instance, when my father was in the hospital in Chile, I encountered a Nazi in a supermarket. They were actual Nazis, originating from Germany. He heard that I was from Israel and physically attacked me, calling me a "Jew," knocked over a shopping cart on me, and tore my pants. I pursued him throughout the supermarket, loudly reported it to the guards, and informed everyone who he was. I knew that it was dangerous, and that there were Nazi and neo-Nazi organizations there. I returned to my father, who was lying on his hospital deathbed, and told him what had happened, asking him if he was glad I did that. I saw how happy he was.


I will not continue...


I condemn comparisons to the Holocaust from both the right and the left. However, when this is done by a revered elite, people who are considered leaders, towards an audience of people like me, it is unbearable. Radical lecturers and researchers who use the resources of academic institutions in Israel to attack Israel (in the guise of "criticism of the government"), and who incite fear in every Zionist lecturer and student who doesn't think like them. It is time to put an end to this wickedness.


Who are you, academics who, to my sorrow and concern, use the Holocaust specifically to attack Israel and label Zionists like me (and elected officials in the Knesset) "Jewish Nazis"?

Shikma and her colleagues who warn Israelis from elected "Jewish Nazis" (while promoting at the same time anti Zionist and progressive agendas) live in an imaginary "different planet". Join my Call for Action below.


Translated by Dr. Jessie Rottenberg and others

______________________________________________________________________________________________________


Français,Traduction: Ruth Perrin

Ma réponse à Shikma Bressler."Et vous nous traitez de nazi ?"

Quelques réflexions d'une physicienne Sioniste


À la lumière des paroles effroyables de Shikma Bressler (veuillez lire ci-dessous le contexte pour ceux qui ne sont pas au courant) et de mon engagement dans cette question, je rencontre des réactions angoissées de la part d'Israéliens sionistes blessés et choqués dans lesquelles la déclaration récurrente est "Et vous me traitez moi de nazi?


Pour ceux qui ne sont pas familiers avec la soi-disant « crise constitutionnelle » actuelle en Israël, Shikma Bressler, professeure de physique et militante politique anti-gouvernemental, qui a même été décrite par les progressistes antisionistes comme « l'actuelle « Jeanne d'Arc » a pris un parti anti-gouvernemental sévère. -une position gouvernementale dans laquelle elle a mis en garde les manifestants israéliens contre les "Juifs nazis" qui sont censés faire partie du gouvernement de droite, dans sa position antisioniste (voire antisémite) abhorrée (!)


Je suis le Dr Katia Gomberoff, physicienne. J'ai complété ma maîtrise, mon doctorat et mes études postdoctorales à l'Institut Weizmann. J'ai passé deux ans à l'Institut Weizmann, où je me sentais comme chez moi. Par la suite, j'ai travaillé comme physicienne dans plusieurs institutions. J'ai publié de nombreux articles et rapports scientifiques. Entre autres contributions, mes simulations ont contribué de manière significative à l'approbation et à la réception d'une expérience majeure au CERN concernant l'antimatière. Néanmoins, ces réalisations restent distinctes de mes convictions politiques. Être physicienne n'a pas de rapport avec la valeur de vérité de mes attitudes politiques, tout comme le fait d'être physicienne de Shikma Bressler n'a pas d'impact sur la valeur de vérité de ses attitudes politiques.


En revanche, je me considère comme une humaniste libérale qui croit sincèrement en l’égalité humaine. Par conséquent, je considère chaque individu avant tout comme un être humain, quels que soient son origine, son sexe ou sa couleur de peau. Mon jugement sur un individu est basé sur ses valeurs et ses idéologies, principalement sur ses actions. Il existe des idéologies humanistes et d’autres meurtrières et épouvantables. Parmi elles se trouve l’islamisme colonialiste et djihadiste, qui prône le meurtre des non-croyants, le viol et l’oppression de leurs filles, ainsi que le meurtre, la conquête et l’immolation de millions de personnes. Ensuite, il y a les colonialistes communistes qui, sous couvert de « droits des travailleurs », ont assassiné des centaines de millions de personnes. Bien sûr, il y a aussi le nazisme, incarnation de la monstruosité humaine, mêlant science et sadisme sur fond de racisme. Je crois en la nécessité impérieuse de combattre de telles idéologies, tout cela pour le bien de l’humanité.


Permettez-moi de parler un peu de mon propre sionisme et de sa relation avec la formation de mes croyances. Non, je ne suis pas une deuxième génération de survivants de la Shoah. Mes parents sionistes sont nés au Chili. Fuyant les pogroms en Russie, leurs parents ont eu la prévoyance de quitter l'Europe à temps. Pourtant, parfois, j’ai moi-même l’impression d’être une deuxième génération de survivant de la Shoah. Mes parents étaient sionistes, intellectuels, gens brillants et très sensibles. Mon père, Luis Gomberoff, était professeur de physique à l'université de Tel Aviv. D’eux, j’ai hérité de mon sionisme, qui est avant tout une réaction à l’antisémitisme mondial et une sensibilité à l’Holocauste. On pourrait dire que l’Holocauste a façonné mon identité.


Quand j'étais une jeune enfant, à une époque où la plupart des enfants de mon âge étaient joyeux, d'autres enfants portaient la douleur d'être des descendants de survivants de l'Holocauste. Certains d’entre eux ont réussi à fonder une famille normale et heureuse grâce à leur seule détermination, mais pour d’autres, leur éducation a été difficile. J'étais quelque part entre les deux. À l’âge de huit ans, j’ai vu ma mère lire un livre sur l’Holocauste, accompagné d’images, et cela m’a complètement intrigué. Le livre s'intitulait "Au nom de tous les miens" de Martin Gray, qui racontait le sort de toute sa famille, une fois dans l'Holocauste et une fois dans un incendie. J'ai lu le livre et je n'ai pas pu contenir mon émotion sur le mal et le chagrin qu'il dégageait. À partir de ce moment-là, j’ai été attirée par le sujet comme un papillon de nuit et j’ai commencé à lire sur l’Holocauste. Enfant, je lisais des livres sur l'Holocauste mêlés de fantasmes de grande aventure, afin d'atténuer l'effroi et le chagrin. Pendant des années, j'ai dévoré des livres sur l'Holocauste, du « Journal d'Anne Frank » à « La Nuit » d'Elie Wiesel, et bien d'autres encore. J'ai sympathisé avec chaque texte et chaque personne. L’effort pour comprendre le mal et l’empressement de mon esprit d’enfant à changer cette réalité étaient puissants.Vers l’âge de huit ans, en troisième année, j’ai écrit une histoire sur l’Holocauste, dont j’ai inclus une photographie ici. Je ne possède peut-être pas un grand talent d’écrivain, qui aurait pu être influencé par les histoires que je lisais, mais j’ai veillé à ce qu’à la fin de l’histoire, le sort des gens ne soit pas trop triste. Je leur ai donné une fin heureuse. En réalité, cela ne s'est pas produit. Par la suite, j’ai écrit de nombreux essais sur l’Holocauste. En guise de remarque supplémentaire, il semble qu’à cause de l’Holocauste, je sois devenue non-croyante. Je ne suis contre aucun croyant. C'est juste un sentiment personnel. Quand j'avais douze ans, pendant l'année sabbatique de mon père, je vivais en France. Il y avait une manifestation néonazie et j’ai commencé à prendre les manifestants en photo. Je leur ai dit que je publierais les photos dans la presse. Ils ont fui. J'ai toujours ces photos. Il existe de nombreuses autres histoires. Par exemple, lorsque mon père était à l’hôpital au Chili, j’ai rencontré un nazi dans un supermarché. C’étaient de véritables nazis, originaires d’Allemagne. Il a appris que j'étais d'Israël et m'a attaqué physiquement, me traitant de « Juive», il a renversé un caddie et a déchiré mon pantalon. Je l'ai poursuivi dans tout le supermarché, je l'ai signalé haut et fort aux gardes et j'ai informé tout le monde de son identité. Je savais que c'était dangereux et qu'il y avait là des organisations nazies et néo-nazies. Je suis retournée voir mon père, qui était allongé sur son lit de mort à l'hôpital, et je lui ai raconté ce qui s'était passé, lui demandant s'il était content que j'aie fait cela. J'ai vu à quel point il était heureux.


Je ne continuerai pas... Je condamne les comparaisons avec l’Holocauste venant de droite comme de gauche. Cependant, lorsque cela est fait par une élite vénérée, des personnes considérées comme des dirigeants, envers un public de personnes comme moi, c'est insupportable. Des professeurs et des chercheurs radicaux qui utilisent les ressources des institutions universitaires en Israël pour attaquer Israël (sous couvert de « critique du gouvernement ») et qui incitent à la peur chez tous les professeurs et étudiants sionistes qui ne pensent pas comme eux. Il est temps de mettre fin à cette méchanceté.


Qui êtes-vous, universitaires, qui, à mon grand regret et avec mon inquiétude, utilisez l’Holocauste spécifiquement pour attaquer Israël et qualifier les sionistes comme moi (et les élus de la Knesset) de « juifs nazis » ? Shikma et ses collègues qui mettent en garde les Israéliens contre les « juifs nazis » élus (tout en promouvant en même temps des programmes antisionistes et progressistes) vivent sur une « planète différente » imaginaire.

Rejoignez mon appel pour accion la dessous.

______________________________________________________________________________________________________


Please raise your voice against past and future comparisons of the Israeli government and its supporters to Nazis, by Prof. Shikma Bressler and/or colleagues!! Please write, in a respectful manner.

This has to end !!


Please write to each or all:

Weizmann Institute's ombudsman (נציב תלונות הציבור)

Weizmann Institute's president

Prof. Alon Chen

Weizmann Institute's vicepresident

Prof. Ziv Reich

You can also forward a petition to

Yoav Kish, Minister of Education,

Fax: 073-3933064


Usefull links in facebook


The petition of the "Professors for Strong Israel."

A call for an Ethics Committee hearing to Shikma https://is.gd/TguvatProfs4israel2weis

The petition of the "Professors for Strong Israel.

" A call to the minister of education to join the efforts to demand an Ethics Committee hearing to Shikma


Finally, you are invited to share your answer either in the facebook links

or by email profs4israel@gmail.com for future actions..


128 views0 comments

Comments


פוסטים אחרונים

bottom of page